Les news


  • Arbois rencontre Plateau 25.

  • Dimanche 8 octobre les arboisiens reçoivent les rugbymans de Plateau 25, pour ce qui s'annonce comme un beau derby franc-comtois.

    L'entrée est gratuite donc venez nous voir. Merci au Domaine Jacques Tissot pour son soutien ! 

  • Faîtes des bulles, encore avec Pougues

  • En ce petit matin gris, le soleil peinait à transpercer le voile de brouillard, il peinait encore plus que les joueurs d’Oyonnax dans la défense de Bordeaux-Bègles, c’est dire ! On le sait, le brouillard jurassien est très vigoureux. Cela posa quelques problèmes pour le rassemblement des joueurs, certains n’ayant pas de phares fonctionnels sur leur véhicule, nous ne citerons personne.

    Bref, une fois que Max fut enfin arrivé, l’épopée de L’US Arbois au fin fond de la Bourgogne pouvait débuter.

    C’est dans les contrées reculées de la Nièvre, près de Nevers que le rendez-vous était donné : nos sangliers rouge et noir affrontaient en ce jour l’entente Vauzelles-Pougues-la-Charité. Non, ça ne s’invente pas. Nous entrâmes donc le charmant nom « Pougues-les-Eaux » dans le GPS, puis en voiture Simone ! 4 plombes de bus dans ta face ! Quatre longues heures faites de détente, de lecture, de corrections de copies, de branlées au tarot et de lèvres baveuses entrouvertes sur de moelleux oreillers collés sur la vitre. À chacun sa technique pour finir sa nuit trop précocement interrompue.

    La matinée passa, les sandwichs furent engloutis, la feuille de match complétée, et à midi presque tapante, l’US Arbois sonnait à la porte du stade de Pougues-les-Eaux.

    Les équipes furent annoncées par Nino, ainsi que les objectifs du jour : rentabiliser ce voyage interminable en empochant une précieuse victoire à l’extérieur. Facile à dire, bien sûr ; n’ayant pu jouer la semaine précédente pour des causes administratives, l’équipe de Pougues s’avançait avec un statut d’illustre inconnue. Personne ne savait à quoi s’attendre.

    En particulier, on ne s’attendait pas à ce que Jonas soit parmi nous, délaissant sans doute à regret ses cours de trampoline, alors que notre ami Louis était absent pour des raisons culturelles, tant mieux pour l’un, dommage pour l’autre, mais enfin… l’effectif était assez fourni pour pouvoir compenser son absence, surtout depuis le recrutement d’un centre de Champagnole. Joli coup au mercato, n’est-ce-pas ?

     

    Match de l’équipe réserve :

    La rencontre fut à sens unique, Pougues tenta d’envoyer du jeu, mais se heurta à une défense féroce, incarnée notamment par Gabin Dussautoir et Maxence Betsen, alias Maxence Cuissova. Ces deux derniers avaient enfilés le bleu de chauffe et s’étaient mis en mode sécateur. La première mi-temps fut l’occasion pour Benoit de démontrer sa virtuosité au pieds : une pénalité habilement tapée sur un poteau fut récupérée puis aplatie dans l’en-but par Gre, selon un schéma longuement préparé à l’entraînement. 3-10 à la mi-temps, rien n’était fait.

    Les arboisiens enfoncèrent le clou au retour des citrons : doublé de Fred, essai de Benoît, et de Cyril. Trois bourguignons vinrent se blesser sur Pierre Laporte, qui ce jour-là semblait plus fait d’acier que de pierre. Puis le match fut terminé : 3-33 score final approximatif, puisque les responsables de la table de marque n’avaient pas retrouvé les autres numéros. Bon, on prend quand même.

     

    Match de l’équipe première :

    Les entraîneurs arboisiens alignèrent une équipe solide, ressemblant beaucoup à celle de la semaine dernière, ainsi, il semblait prévisible que le déroulé du match fut à peu près similaire.

    Les rouge et noirs frappèrent d’entrée par le truchement de Max, fils des ages farouches de Montmalin. Essai diligemment transformé par la botte de Lulu, lequel ajouta trois points, puis un essai sur une pénalité jouée rapidement : petit filou, va !

    À ce moment-là Lucien Blondet menait 10 à 6 face à Pougues (score réel 6-15 pour l’USA).

    La pause fut la bienvenue pour souffler et se bâfrer d’oranges, histoire de retrouver un peu d’énergie. Ninon et Zozo firent le constat : Arbois dominait en conquête, il fallait appuyer là où ça faisait mal, tout en gardant en tête que le match n’était pas terminé. Pougues, cueilli à froid, entreprenait de remonter la pente à la fin de la première période, profitant d’un léger relâchement des rouge et noirs.

    La seconde période confirma cette tendance : Pougues reprenait du poil de la bête et finissait par marquer un essai, transformé : 18-13. Arbois jouait un peu à se faire peur en laissant 9 points au pieds en route, mais cela resta sans conséquences sur le résultat final, heureusement. À l’issue d’une fin de match un peu nerveuse, les arboisiens purent enfin faire admirer leur viril cri de victoire aux spectateurs, forcément un peu déçus par la défaite de leur équipe.

     

    La douche fut expédiée, pour aller rapidement se restaurer à une très agréable réception, conviviale et portée par une gastronomie de qualité. Hélas, hors de question de jouer les culs de plomb : un long voyage de retour nous attendait.

    Sérieux jusqu’au bout, nous chantâmes des cantiques et bûmes du thé et de la limonade, en mangeant des petits-fours.

     

    Pour saluer ce premier déplacement victorieux, de nombreuses félicitations sont de mise : bravo à tous ceux qui faisaient leur premier déplacement en bus avec nous : Benjamin, Zonzon, Jonas, Maxence, Raphaël, sans oublier les jeunes freluquets : Benoît, Fred, Franck, Gre…

    Bravo au chauffeur, qui nous a presque fait oublier notre cycliste favori : notre François national.

    Bravo à nos valeureux adversaires du jour, nul doute qu’ils viendront nous voir avec de belles intentions dans la seconde partie de la saison. Enfin, bravo à ceux qui auront déchiffré la contrepèterie dissimulée dans le titre de ce résumé. À ceux-là, l’US Arbois aura le plaisir de leur offrir :

    « Rien du tout »

     

    Mais un rien du tout de qualité ! Une qualité made in Jura, of course.

  • l'US Arbois dans le progrès du jour !