Les news


  • Arbois rencontre Autun

  • 2 joueurs sélectionnés avec la Franche-Comté pour renconter les Basques et Landais !

  • Pendant que la majorité des membres de l'association "goute" du vin du coté de l'Étoile ou d'Angers. Il y a deux courageux, Steve et Florentin qui avec la sélection de Franche-Comté rencontre les Basques et Landais, quelque part dans l'allier ! M.... à eux, soyez fort !

  • Signe les jets des vins (elle est plus simple, celle-là… Il y avait aussi Digne WC lingé, mais c’était plus dur à deviner)

  • Sur la route de St-Léger

    Sur un Chemin cabossé

    Morphée est arrivé

    Faisant des passes croisées

    On a rêvé de gloire

    Et aussi de victoire

    On a rêvé de grands crus

    Et aussi un peu de culs

    Ceux que l’on met à l’ennemi

    Et ceux qu’on… Vous m’avez compris !

     

    Puis on a ouvert les yeux

    On était au milieu

    De la jungle de la Nièvre

    Sans Nino et sa fièvre

    Quelques joueurs blessés

    On allait en chier

    Quatre plombes de car

    (Et sans mini bar !)

    Faut bien en descendre

    Sinon on va prendre

    Car les orangers

    Très bien classés

    Venus chez nous

    Pour faire un coup

    N’avaient pas su

    Nous l’mettre dans l’cul

    En ce dimanche

    C’est leur revanche

    Qu’ils voulaient prendre

    Pour bien nous rendre

    La politesse

    Nous r’faire les fesses

     

    Alors Zonzon

    Plein de passion

    Nous communique

    Sa belle tactique :

    Quitte à prendre cher

    Autant bien le faire

    Faut s’amuser !

    Emmerdez-les !

    On vient de loin

    Faut mettre des points !

    Et c’est valable

    Bande d’incapable

    Pour les sangliers

    De la A ou de la B

     

    Bon, j’en ai marre de faire des rimes. C’est même pas beau, c’était juste pour déconner et pour vous surprendre un peu. De surcroît, je ne suis pas convaincu que relater un match tout en vers soit pertinent. Question de rythme, je pense. Retour donc à la prose pour les résumés. Toute rime ultérieure sera purement fortuite.

     

    Le match de la réserve :

    À l’aller, le score avait été sévère pour les arboisiens : sèchement battus 10-29 devant leur public. Il faut bien l’avouer, St-Léger dispose d’une réserve compétitive et bien fournie.

    Venir chercher l’exploit chez eux avec quatre heures de bus dans les pattes relevait de l’improbable, mais… vous connaissez le proverbe : « Ils ne savaient pas que c’étaient impossible, alors ils l’ont fait » alors pourquoi pas nous ? Et puis de toute façon… Comme je le précisais plus tôt, le but premier est de s’amuser et de ne jamais rien lâcher, alors le score… on s’en fout !

    L’esprit aussi léger que le saint local, les sangliers entrèrent en scène, mais ne purent pas grand-chose pour empêcher les orangers de prendre l’avantage. Cependant, nos rouge et noirs surent répliquer à chacun des deux premiers essais par une pénalité, avant de se retrouver en pleine tempête : 40-6 à la mi-temps. En l’absence de Fred Vigneron, Barquette assurait l’intérim du tir au but et évitait un cuisant fanny à l’heure des agrumes. Les arboisiens revinrent aux affaires avec un effectif allégé, mais aussi avec une motivation tutoyant les sommets. À 10 contre 12, nos réservistes produisirent une très belle mi-temps. En grande forme ces derniers temps, Gabin marqua aujourd’hui encore, et sans en-avant dissimulé, cette fois ! Excusez du peu ! Il fut bientôt imité par Barquette, après une course pleine d’entrain à travers les défenseurs orangers, intimidés par sa prestance.

    Le score final, 64-21 est certes lourd, mais nous avons vu un beau match des arboisiens, ils n’ont jamais rien lâché, bravo les gars !

    On retiendra quand même quelques perles rugbystiques, presque de quoi faire un collier.

    D’abord, c’était le premier match de Benjamin, futur dirigeant du club des supporters de l’US Arbois. Il ne s’est jamais échappé et a rapidement sut s’adapter : triples félicitations à lui !

    Ensuite, on notera la présence incongrue de Rémy Romanet à l’aile opposée, sans doute confondu avec son homonyme Franck… Un numéro 2 dans le dos, mais un 14 dans l’âme le temps d’une mi-temps, c’est beau !

    Poursuivons nos oscars de l’ovalie : dans la catégorie des infractions aux règles inhabituelles, notre Francky national, sifflé coupable d’un en-avant repris devant sur une de ses propres passes ! C’est du bon, Francky, vas-y !

    Enfin, le prix Beauxis du jeu au pied le plus improbable est accordé à Nicolas Bailly, concurrencé par la reprise de volée du 14 de St-Léger. Désireux de montrer toute sa vista, Nico entreprit un dégagement audacieux qui cueillit l’infortuné Gaël en pleine tête. Très bien visé, Nico, il n’avait qu’à pas raser sa moustache, d’abord !

    Si l’on fait le bilan, l’objectif est rempli. Les rouge et noir se sont amusés, marquant des essais, même réduits à 10 contre 12. On les félicite tous, et puis on les félicite encore une fois, parce qu’on n’aime pas faire les choses à moitié.

     

    Le match de l’équipe A

     

    À l’instar de la réserve, l’équipe fanion d’Arbois se déplaçait en terre léogartienne sans forcément espérer la victoire. La qualif’ étant assurée, place au jeu débridé, aux expériences et au peaufinage, quitte à en prendre plus que nécessaire dans la musette.

    Les équipes furent annoncées par le crooner local, puis le coup d’envoi fut donné par les orangers. Nous venions d’entrer de plain pieds dans un match engagé, entre deux équipes de haut de tableau. L’USA se mit à la faute en premier, à portée de tir du canonnier maison : 3-0. Robin égalisa quelques minutes plus tard. Les locaux dominèrent d’une courte tête ce premier acte, ajoutant à l’addition une pénalité et un essai en bout de ligne non transformé. 11-3, puis 11-6 après une nouvelle pénalité obtenue dans le camp adverse. St-Léger eut le dernier mot, 14-6 à la mi-temps. Un score plutôt serré, pour dire que nous étions venus pour bosser. On pouvait dire que le travail payait déjà. L’idée d’un hold-up commençait même à nous traverser l’esprit. D’après Zonzon, si nous parvenions à maintenir la pression, il était possible de faire déjouer St Léger (et les pronostics) et de renverser la vapeur. Il y a mis les bons mots, vu qu’on y a cru aussi.

    Déterminés, nous revînmes sur la pelouse avec des rêves de victoire ressuscités [poil au nez].

    Ça a duré trois minutes, le temps d’un choix malheureux de Max, intercepté sur sa remise intérieure de façon décisive, hélas. 21-6. L’espoir prenait du plomb dans l’aile. Bon, bah on y retourne pour bosser, alors… Remontés, les léogartiens assurèrent la mainmise sur le match en maintenant une pression constante, impossible de se croire sur le sol irlandais, avec tous ces orangers (aha). Arbois parvint à éviter un trop rapide gonflement du score par une défense exemplaire. On a eu un peu de chatte aussi. Simon nous dégagea depuis la zone de ballon mort (!) Sans que l’arbitre ne bronche, et ce malgré les véhémentes protestations des orangers. Toujours en difficulté, l’USA ne lâcha rien. Nous obtînmes quelques pénalités, non converties, hélas, et une grosse occasion d’essai : une pénaltouche à 5 m de l’en-but oranger. Jusque-là, les touches étaient très disputées, la faute à des imprécisions de part et d’autre ; mais nous restions convaincus que cette phase restait une de nos plus grandes forces. La balle fut lancée, captée et mise au chaud avec fluidité. L’avancée du maul à contre courant fut beaucoup moins fluide, mais néanmoins implacable. Centimètre par centimètre, Flo fut expédié derrière la ligne blanche : premier essai de la saison pour notre chiropranesthésiste national. Bravo à toi, maître du chabilet ! 28-11 à ce stade du match, mais nous fêtâmes l’essai comme s’il nous avait donné la victoire. La transformation ne passa pas, mais tant pis. Du reste, pas de regrets à avoir, puisque St-Léger ne nous laissa plus guère l’opportunité de toucher du cuir. Le score passa à 35-11 avant d’être scellé par la défense acharnée des arboisiens. Chahutés, nous tînmes bon jusqu’à la fin du temps imparti. Une dernière mêlée, et l’affaire fut entendue.

     

    Donc, au final ? Bah on s’est fendu la gueule, même dans la tourmente. On a tenté des trucs, avec plus ou moins de réussite. On a offert un beau spectacle à tout le monde. Objectif rempli, général Gazon ! Objectif rempli, général Faudot ! Nous espérons que vous serez remis pour vous en rendre compte en personne lors de la réception d’Autun.

    En attendant, repos le week-end prochain, sauf pour nos courageux sangliers retenus pour la sélection régionale des mois de 26 ans. On les encourage et on leur souhaite bon match face à la côte Basque Landes, à Varennes. Les blessés pourront recoller leurs morceaux éparpillés façon puzzle, mais d’ici là, bonne semaine messieurs-dames !

     

    https://www.youtube.com/watch?v=UF1WNxsjZcM