Site US Arbois Rugby
  • US Arbois Rugby Arbois Montchannin

  • Ce dimanche, Arbois rencontre une équipe solide deuxième de la poule, Montchannin ! Merci au Domaine Martin Faudot pour son soutien !

  • US Arbois Rugby Le point qu’il fallait ?

  • Le Progrès titrait «  Arbois en danger à Chenôve ». Alors, certes, la victoire n’était pas assurée,mais bon… Avec notre avance conséquente sur nos poursuivants au classement on ne serrait pas trop les fesses non plus. On n’avait pas l’intention de se déplacer là-bas avec les mains dans le slibard non plus, bien sûr : mathématiquement, notre place dans la poule haute n’était pas encore assurée, sous réserve d’un écroulement complet de notre horde de sangliers préférée, et de circonstances exceptionnelles concernant les matchs des autres équipes. Une combinaison improbable, mais toutefois possible. Bon… Disons que maintenant, c’est encore moins probable. Ça aurait pu être impossible, mais il faut bien l’avouer, nous ne nous sommes pas rendu la vie facile. J’y reviendrai à la fin de ce compte rendu, à l’occasion d’un debrief spécial classement général de mon cru.

    Revenons au sujet principal : le match du jour contre Chenôve.

    Chenôve est une ville de la banlieue de Dijon, dont l’équipe fanion a pris la désagréable habitude de nous torcher proprement à chaque visite que nous leur rendons, et ce depuis quelques années. Ils ne se sont toutefois jamais imposés chez nous.

    Seulement voilà, au vu des résultats de cette année, il semblerait que le Chenôve RC et l’US Arbois évoluent selon des dynamiques opposées. Chenôve se bat dans le bas de la poule, tandis qu’ Arbois est solidement installé avec les leaders. Il y a quelques années, c’était plutôt l’inverse. Lors de la phase aller, le Chenôve RC était venu nous voir avec de l’ambition, et une volonté de se relancer. Nous les avions alors défaits 14 à 6, leur laissant le point de bonus défensif et une de mes côtes en cadeau. Il va de soi que ce dimanche, ils nous attendaient de pied ferme.

     

    Le match des réservistes :

     

    Avec la défaite cruelle à l’aller 21-22, notre équipe réserve se déplaçait avec un esprit revanchard, et un effectif plutôt bien fourni avec la présence notamment de deux nouveaux joueurs : Léon qui monte des U18 et Alban qui, nouvellement arrivé à Arbois, a vu de la lumière dans le vestiaire, est venu voir, a trouvé l’ambiance sympa, a signé illico presto. Premier match pour ces deux-là avec les seniors d’Arbois, bravo et bienvenue, les gars ! Et merci aussi pour votre po.. votre présence, pardon.

    Voilà, donc une équipe avec une fière allure, des remplaçants… Tous les outils nécessaires pour performer. Alors oui, mais non, malheureusement. Une belle carrosserie n’a jamais garanti un bon moteur… En l’occurrence, puisque le début du match était à notre avantage, je pencherai plutôt pour une fuite d’huile. Fred Vigneron sanctionnait une faute adverse par trois points, puis ratait une deuxième coup de pied quelques minutes plus tard. La domination était timide, mais présente. Et puis, patatras! Nos sangliers B comprirent pourquoi la réserve du CRC (rien, mais alors RIEN à voir avec le Canal Rugby Club, d’ailleurs je me demande s’il n’y a pas des problèmes de copyright) caracolait à la deuxième place de championnat. Les locaux prirent le match à leur compte, en commençant par un bel essai, avec des passes dans la défense et tout. Puis en récidivant à de nombreuses occasions. Les arboisiens se prirent des bons bouchons, des petits et des gros et subirent la pression tout au long de ce match à oublier, je pense. Pas grand-chose à dire, si ce n’est le score final, de 40-3 selon la police, et 47-3 selon la CGT (mes sources n’étaient pas d’accord entre elles, et le score officiel n’a pas été publié sur le site de la FFR). Dommage pour les nouveaux de commencer avec un score si sévère, mais nous sommes tous persuadés que de beaux matchs restent à venir : il faut persévérer.

     

    Le match de l’équipe A :

     

    Nos valeureux sangliers firent leur entrée sur le stade Léo Lagrange de Chenôve avec la ferme intention de ne pas subir le même sort que la réserve. Les locaux, eux pensaient exactement l’inverse, bien sûr. Le choc de ces deux courants de pensées entraîna un début de match un peu longuet à se décanter. Les deux équipes ne se montrant guère adroites et inspirées. Après cette phase de gagne terrain, Chenôve trouva finalement la faille sur un petit côté bien manoeuvré. 5-0 pour les bourguignons, la transformation ayant fui les poteaux arboisiens. Avec plus ou moins d’aisance, les rouge et noir remontèrent patiemment le terrain, désireux de gagner à l’usure comme nous l’avions déjà fait à maintes reprises. 5-3 d’abord après une pénalité tardive marquée par Lulu, puis 5-10 après un essai de Grandviennonix not’chef après une passionnante séquence de pick’n’go. Centimètre par centimètre, nos gros s’empilèrent comme des sardines en boîte auprès de la ligne d’en-but, jusqu’à son franchissement, par l’intermédiaire de notre estimé capitaine. Très simple, brutal, mais efficace et réaliste. Lulu transforma avec brio.

    Les locaux, furieux d’être menés sur leurs terres, repartirent à la charge, mais ne surent pas trouver la faille dans une très solide défense arboisienne, notamment autour des mêlées.

    Le score n’avait pas changé d’un iota à l’heure de la mi-temps. Nino et Zonzon, inquiets de nous voir incapables de dérouler notre jeu habituel, nous prévinrent : le début de la seconde mi-temps allait être crucial: nos adversaires allaient revenir avec encore plus de hargne, et puisque nous ne nous rendions pas la tâche aisée en galvaudant nos ballons d’attaque, la tâche de contenir tous ce petit monde allait s’avérer ardue. Nous allions devoir resserrer quelques écrous en défense, encore.

    Avec un peu de recul, les entraîneurs adverses ont certainement tenu un discours similaire. Puisque les deux essais marqués jusqu’alors furent les seuls de toute la partie.

    Le spectacle en pâtit un peu, point de belles envolées à se mettre sous la dent : les défenses avaient pris l’avantage sur les attaques. Les spectateurs assistèrent donc à un chassé croisé entre buteurs. Le score resta longtemps sur la marque de 8-10, il y eut des cartons de chaque côtés, des blancs pour des ballons bloqués et autres amabilités. Des jaunes pour des plaquages un peu trop appuyés… Pas très propre, mais pas scandaleux non plus. Le rouge resta bien au chaud dans la poche de l’officiel du jour. Aux alentours de la 70ème minute, une pénalité fut sifflée à l’avantage des locaux, et bien que lointaine, fut tentée, et passée. 11-10, Chenôve reprenait l’avantage. Nous repassâmes devant quelques minutes plus tard, pénalité marquée, 11-13. Hélas, à 5 minutes du terme, Thomas perdit ses appuis, déclenchant l’ire de l’arbitre, et sa sanction implacable : pénalité pour Chenôve, beaucoup plus facile que la précédente. 14-13, et tout le terrain à remonter en 5 minutes. Dur, mais faisable. Impossible n’est pas arboisien. Force est de constater que nous y sommes arrivés. Nous arrachâmes une ultime pénalité dans le camp adverse, dans les arrêts de jeu. Las, était-ce le soleil rasant ? La terre trop grasse ? Des jambes fatiguées par cette interminable fin de match ? Toujours est-il que le ballon manqua assez largement sa cible, au bonheur des uns, et au malheur des autres.

    Pas de pot, ce jour-là, les autres, c’était nous. Nous perdons ce match à cause de nos imprécisions de jeu courant plutôt que par ces quelques points au pied perdus en route, trop d’occasions manquées, trop d’en-avants, de maladresses en touche, alors que cette phase de jeu est plutôt notre point fort, d’habitude. Un point positif, outre notre défense solide, serait notre maîtrise de la mêlée. Des bras cassés obtenus, et un ballon volé, ça, c’est bien joué. Mais ça ne suffit pas…

     

    Concernant le classement :

     

    J’ai fait quelques petits calculs, les équipes qui sont derrière nous sont : Autun, à 11 points ; Pougues à 15 points ; Chenôve à 17 points ; Plateau 25, à 20 points, et Gevrey, à 25 points.

    Il reste 4 matchs à jouer, sauf pour Pougues et nos adversaires du jour, qui n’en ont plus que 3.

    Le compte est assez rapide pour deux équipes en particulier : Gevrey et Chenôve ne peuvent plus nous repasser devant (5 points obtenus au maximum par match).

    En ce qui concerne Plateau 25 et Pougues, ils ne peuvent espérer nous éjecter de la poule haute qu’en gagnant toutes leurs rencontres à venir avec le bonus offensif à chaque fois, et ce grâce au point de bonus défensif obtenu aujourd’hui. La mission semble impossible, puisque cela implique notamment d’aller s’imposer à Montchanin, place forte imprenable jusque-là. Exploits majeurs obligatoires, donc, et toujours en supposant que nous ne marquions plus un seul point. Enfin, concernant Autun, leur calendrier est beaucoup plus clément que le nôtre, et il est possible qu’ils nous repassent devant, mais le cas échéant, nous resterions 4ème, et donc toujours qualifiés pour les play-off.

    Donc voilà, je m’arrête là pour ces comptes d’apothicaire, ils ne sont là que pour montrer, non pas que nous allons pouvoir nous reposer sur nos lauriers, mais plutôt pour vous convaincre que les matchs à venir seront les plus beaux, puisque l’enjeu ne pourra plus tuer le jeu.

    Vive le Jura, vive l’US Arbois, hare Krishna.

     

    BONUS :

     

    Baptiste : J’ai peut être loupé des réceptions, mais j’ai pas fait de Bichkoye !

    Simon : Quand tu n’es pas sûr de tes Bich, concentre toi sur tes Koye !

  • US Arbois Rugby Rentrée très classe

  • Alors avant toute chose : bonne année ! Bonne année 2018 à tous, oui, même à ceux qui, courant décembre, ont dit « À l'année prochaine, hein ? » propageant ainsi un cliché un brin usé qui j'en suis sûr, menace la paix dans le monde. Honte sur vous ! Éventuellement, nous pardonnerons ceux qui sont venus manger des huîtres et boire du vin chaud avec nous.

    Bref, trêve de plaisanterie ! Nous voici en plein hiver ! Comme on dit en normandie, y a plus de mouches, les vaches remuent la queue sans raison. En ce qui concerne les joueurs de l'US Arbois, issus d'une froide région, on a plus tendance à se tourner les pouces... Bon, il y en a aussi qui remuent la queue, mais nous ne citerons pas de noms.

    Oui, en hiver, la terre gèle, les terrains deviennent plus durs que la tête d'un sympathique et populaire footballeur-catcheur chauve français. Il n'est pas besoin de démonstration pour comprendre que le rugby sur bitume, c'est pas terrible terrible.

    Heureusement, il arrive parfois, sur un malentendu, que l'hiver s'oublie et qu'un redoux vienne décongeler la pelouse. Et là, fini le tournage de pouces et autres formes d'onanisme : place à l'action. Back in bizness, comme on dit chez Elisabeth, Betty pour les intimes.

    En ce jour, c'était du bizness plutôt costaud qui nous attendait : Pougues II, le retour.

    L'entente Vauzelle-Pougues-la-Charité avait été notre premier adversaire à l'extérieur de la saison. Nous nous étions imposés sur une toute petite marge : les joueurs de l'entente nous avaient notamment fait très forte impression lors de la deuxième période. Notre impression avait été bonne : passée une période difficile pour effectuer leurs réglages. Pougues traversa le mois de novembre en trombe, surfant sur une série de quatre victoires. Une équipe revancharde, à ne sous-estimer sous aucun prétexte donc, surtout en cette période post-réveillonS, pendant laquelle les arboisiens ont été plus concernés par le champagne que par la Nièvre. On les comprends.

     

    Le match de l'équipe réserve :

    Point de pression pour nos fiers marcassins, car la réserve de Pougues se déplaçait en effectif réduit. Le match était donc gagné d'office, mais une opposition à 10 contre 10 se déroula sous les yeux bienveillants des spectateurs venus en nombre pour cette reprise. L'équipe du jour était très équilibrée :de l'expérience, de la jeunesse, et du sang frais : premier match de Charles sous les couleurs rouge et noir : facilement repérable sur le terrain de par son épaisse barbe rousse.

    Le match commença un peu dans le désordre pour nos réservistes : le temps de se souvenir comment bouger deux jambes et deux bras de façon coordonnée. Les visiteurs tirèrent les premiers, un essai marqué en bout de ligne par un petit malin qui sut courir plus vite que William. 0-7 pour Pougues. La réaction arboisienne fut assez rapide: le troupeau de sanglier remonta le terrain en grognant, et au sein d'un ruck chaotique, Gabin déploya les battoirs qui lui servent de mains pour aplatir en douce. Fred échoua a transformer. La suite fut un chouette spectacle : on vit William faire une figure d'acrosport en touche, Pierre aplatir 5 mètres avant la ligne, puis, la moitié de l'équipe toucher le ballon pour un essai de presque 60m qui s'acheva par une course de 45 cm de Barquette pour aller marquer d'un élégant fléchissement des deux genoux. Le bou-lot ! Essai transformé cette fois-ci. 12 à 7 score à la mi-temps.

    La seconde mi-temps vit hélas une grave blessure d'un des visiteurs, évacué diligemment par les pompiers. D'après les informations que l'on m'a donné, ce joueur se serait fracturé le tibia sur Jean-Paul. Toujours coriace, le bougre !

    Le match reprit après une longue interruption à 9 contre 9. Gabin s'illustra à nouveau : une course puissante, un en-avant parfaitement dissimulé aux yeux de l'officiel, puis un relais de Jonas, lequel se détendit tel une panthère, pour nous gratifier d'un Jonash-splash, en l'honneur de Chris Ashton, son idole de toujours. Le malheureux adversaire qui avait laissé traîner sa tête en dessous est à cette heure toujours porté disparu. Les spéléologues ont toutefois bon espoir de le retrouver dans les jours qui suivent. Pougues trouva l'énergie de marquer un nouvel essai, portant la marque finale à 19-14. Transformé en 25-0 du fait de l'effectif incomplet. Bravo les gars ! Un match à 10, ce n'est jamais facile, après les fêtes ! Belle victoire !

     

    Le match de la première :

    La pression était présente pour les deux équipes avant le coup d’envoi : une victoire de Pougues leur permettrait de nous recoller dangereusement au classement et de se faire un petit trou dans le top 4, tandis qu’une victoire sanglière permettrait à l’US Arbois de s’installer presque définitivement dans la poule des play-off, et de considérer donc le reste de cette phase retour avec plus de sérénité.

    Avec un petit peu de retard, dû à la blessure du réserviste de Pougues, l’arbitre de la rencontre siffla le début du match. Les arboisiens assurèrent la réception, mais ne parvinrent pas à se dégager de leur camp : imprécision sanctionnée par une pénalité. 0-3 pour les Harlequins de la Nièvre. La suite de cette mi-temps ressembla beaucoup au match contre Gevrey-Chambertin (chez eux). Des gros qui pédalent dans la choucroute, des trois quarts qui tentent des trucs… Mais au final, que des pénalités à se mettre sous la dent. Lulu enquilla les pénalités jusqu’au score de 12-3 à la mi-temps. Nous profitions de l’indiscipline de nos adversaires du jour, mais nous n’avions pas creusé l’écart pour autant, 9 points, c’est vite rattrapé.

    Heureusement, il y eut un petit détail croustillant pour nous donner le sourire. Notre ami Steve, le sanglier de la Marre, et seigneur des taureaux, nous gratifia d’un plongeon rageur derrière la ligne blanche. Son poing levé avec conviction convainquit l’arbitre, qui s’apprêta à nous accorder l’essai… Jusqu’à ce qu’il constate qu’il ne s’agissait pas de la bonne ligne ! Jean-Marc, qui passait par là, ramassa le ballon et repartit vers l’avant, nous évitant ainsi une perte de balle idiote.

    Nous reprîmes notre souffle le temps de grignoter deux trois bouts d’orange, de se dire deux trois mots et de changer de terrain, puis le jeu reprit ses droits.

    Les visiteurs frappèrent d’emblée par un essai en force après un siège de notre en-but. Il fut transformé : 12-10. Un écart minimal qui ne nous convenait pas du tout ! Nous voulions absolument offrir à notre public un autre spectacle qu’une victoire ric-rac, ou, encore pire, qu’une défaite.

    Remontés comme des singes mécaniques, nous sûmes élever le rythme de la rencontre. Conservation du ballon par les gros, et attaque des trois-quarts en mode boulon. À ce petit jeu typiquement hivernal, ce fut Robin qui trouva la faille en premier. Essai en bout de ligne, transformé par Lulu. 19-10. Quelque peu asphyxiés, Pougues ne put pas faire grand-chose pour empêcher notre retour dans leur camp, soldé par une pénalité : 22-10, l’odeur de la victoire commençait à nous titiller les narines. Mais nous en voulions plus : en poussant encore, le bonus offensif pouvait être envisagé. Nous revînmes alors dans le camp bourguignon avec voracité. À 22m en face de leurs poteaux, Grognon déboula comme s’il avait les videurs du Madison au cul et transperça la défense à la Vincent Pelo pour aller aplatir derrière la ligne : 29-10, et un quart d’heure à jouer. Le bonus ? Faisable, très faisable ! Mais nous ne le fîmes pas, malheureusement. Pougues sut résister à nos assauts suffisamment longtemps pour nous laisser marquer seulement un essai, soit un de moins que les 4 nécessaires pour prendre le BO (pas le Biarritz Olympique, hein…)

    Ce fut Kevin Crinquand qui planta ce coup de grâce : premier essai avec l’équipe première, bravo Kevin ! Score final 36-10 après la transformation de Lulu. Les trois coups de sifflet de monsieur l’arbitre nous permîmes de laisser éclater notre joie, et de communier un peu avec notre public, ravi de cette reprise éclatante après de trop longues semaines d’hiver.

     

    La semaine prochaine, nous rendons visite à nos chers amis de Chenôve… Si ça vous dit de venir nous voir, ce n’est pas très loin ! Notre prochain match à l’Ethole sera contre Montchanin à qui nous avons deux-trois mots à dire : un match chaud-patate qui ne trouvera toute sa saveur qu’avec un public d’exception, alors venez nombreux !

    Sinon, à part ça, parole de poète, ces résumés m’avaient manqués, celui-ci, j’espère qu’il vous plaira, est dédié à la mémoire de Louis Vallet, à qui nous avons rendu hommage avant la rencontre de l’équipe première, bien que je n’eus pas le plaisir de le connaître.

    Et sinon, un petit cadeau de Noël sera bientôt publié sur le site de l’US Arbois… Alors ouvrez l’oeil, et le bon !

     

    BONUS : conversation pleine de sagesse au bord du terrain, avec une petiote après le match de la première.

    - Monsieur ?

    - Oui ?

    - T’as vu, y a un ver de terre, là !

    Effectivement, il y avait un ver de terre qui se tortillait dans la gadoue.

    - Oh, bah oui, mais faut le laisser tranquille, il va pas te manger !

    - Bah oui, je sais ! Il est vraiment tout petit !

     

    Des paroles pleines de bon sens, vraiment.

     

     

     

     

     

Partenaire

Voir le partenaire

Evenements

Telecharger

Cliquez ci-dessus pour télécharger directement la liste des derniers événements.

Prochains Matchs

Le 21 / 1 / 2018 à 15
Senior équipe A --- Arbois / Montchanin
Le 28 / 1 / 2018 à 15
Senior équipe A --- Saint Leger les Vignes / Arbois
Le 11 / 2 / 2018 à 15
Senior équipe A --- Plateau 25 / Arbois
Le 25 / 2 / 2018 à 15
Senior équipe A --- Arbois / Autun

Derniers resultats

Le 7 / 1 / 2018
Senior équipe A --- Arbois / Vauzelles Pouges --- 36 / 10
Le 26 / 11 / 2017
Senior équipe A --- Gevrey-Chambertin / Arbois ---12 / 15
Le 19 / 11 / 2017
Senior équipe A --- Autun / Arbois ---17 / 25
Le 5 / 11 / 2017
Senior équipe A --- Arbois / Saint Leger les Vignes --- 20 / 14